D’ÉBAUBI… à baba


Le mot ébaubi vient de l’ancien français abaubi, participe passé du verbe abaubir, qui signifie « rendre bègue ». Bègue lui-même est issu du latin balbus et veut dire « extrêmement étonné, frappé d’une stupeur admirative ». Il est vrai qu’une forte surprise, à défaut de laisser une personne sans voix, entraîne souvent des problèmes d’élocution. Quand la langue fourche, on peut toujours se tourner vers l’écriture pour exprimer des sentiments qui laissent baba. Eh oui ! En raison de sa singularité, ébaubi étonne tant il détonne parmi les synonymes, plus usités, qui lui sont apparentés. Quels sont-ils ? Les deviner, voilà justement en quoi consiste le jeu qui vous est proposé.

Les consonnes invisibles

Qui suis-je ? Pour le découvrir, servez-vous des indices. Ils vous aideront à trouver les consonnes, sachant que les voyelles sont déjà placées au bon endroit. Attention ! La difficulté de l’exercice, simple en apparence, peut vous laisser pantois.


On affiche cet air quand on est frappé de stupeur.

É

_

a

_

i


On l’est souvent agréablement.

_

u

_

_

_

i

_


Manifeste une surprise admirative devant beaucoup de splendeur, comme l’héroïne de Lewis Carroll.

É

_

e

_

_

e

i

_

_

é

_


Se dit de quelqu’un qui est séduit par une prouesse ou d’un nez dont la base est élargie.

É

_

A

_

É


Signifie « saisi d’étonnement » et rappelle un organe digestif.

E

_

_

O

_

A

_

U

É


Figé comme ce n’est pas permis.

I

_

_

E

_

_

I

_


État qui empêche de prononcer la moindre parole (deux mots).

_

O

U

_

_

E

_

É

E


Désarmé comme on peut l’être en tombant de cheval.

_

É

_

A

_

_

O

_

_

É


Rappelle trois notes de la gamme, à une voyelle près

_

I

_

É

_

É


Qui a perdu sa contenance à cause de l’étonnement ou d’un environnement bruyant.

A

_

U

_

I


Mot mystère

Être attentif aux autres, c’est le fondement même du...