SUSURRONS ces sublimes secrets

Psst! J’ai un truc à te dire… Viens ici, tout près, il ne faut pas le crier sur tous les toits! Maintenant, on peut se parler vrai. Tout en douceur. Dans cette intimité, loin des conversations anodines, des bavardages incessants, des personnages que l’on joue, on peut enfin se révéler. Quelle libération!

À voix basse, je chuchote ou, plutôt, je susurre. Je prends plaisir à étirer les s et à m’étendre dans les r. Déjà, ce verbe est annonciateur de mots doux pour le cœur. Il est difficile de susurrer des bêtises, vous ne trouvez pas? On réserve le susurrement aux secrets, pour préserver leur caractère sacré, et non pour les dissimuler. Susurrer, c’est inviter l’autre à tendre l’oreille. Voilà aussi le langage adopté par dame Nature : le bruissement des feuilles, le paisible va-et-vient de la mer sur les cailloux, le murmure du ruisseau dans son lit au printemps. Tous ces gais susurrements nous rappellent que c’est dans l’écoute que l’on connecte véritablement. 

À l’aide des indices, cliquez sur les lettres afin de trouver les mots qui évoquent le susurrement. Attention : seules six erreurs sont permises!

1/8

Indice

Lorem ipsum nocmet at mare.